Le risque thermique

Avatar du membre
France V-X
Administrateur du site
Messages : 309
Enregistré le : dim. 4 oct. 2020 01:56
Localisation : Lille
    Windows 10 Chrome
Groupes :
Pays :
France (fr)
France

Le risque thermique

Message par France V-X »

Le risque thermique

Le chaud et le froid

Le risque thermique existe avec les hautes températures comme avec les très basses températures. Tous les deux provoquent la destruction des tissus touchés qui se traduit par des brûlures.


Hautes températures

Dans l’industrie, les hautes températures sont relativement fréquentes.

Elles peuvent avoir plusieurs origines : la vapeur d’eau, les liquides caloporteurs, les produits transportés à chaud (bitume, soufre,..), les moteurs ou pots d’échappement, certains outils générant de la chaleur : appareils de soudure;

Les bitumes sont toujours transportés à des température élevées pouvant dépasser dans certains cas 200 °C.

Trois degrés de brûlures

Une brûlure est plus ou moins grave en fonction de sa profondeur, de son étendue et de sa localisation. Les brûlures sont classées en trois degrés de
gravité :

Les brûlures du 1er degré, les plus fréquentes et les moins graves, intéressent les couches superficielles de la peau et se traduisent par une rougeur chaude et douloureuse. Elles guérissent généralement en quelques jours si elles ne sont pas étendues.

Les brûlures du 2ème degré sont plus profondes. L’épiderme (couche superficielle) se détache du derme sous jacent en formant de grosses cloques remplies de liquide qui risquent de s’infecter. Correctement traitées, ces brûlures guérissent en deux à six semaines.

Les brûlures du 3ème degré sont très graves. Elles concernent toutes les couches de la peau et nécessitent des greffes de peau. Les organes sous jacents tels que les nerfs, vaisseaux, muscles sont aussi atteints.

Image

Intervenir : brûlure de bitume

Etape 1 : en premier lieu, limiter l’impact et protéger la victime pour que la brûlure ne s’aggrave pas en refroidissant abondamment la zone touchée,
pendant au moins 10 min.

Etape 2 : dans un deuxième temps, se soucier de prévenir ou faire prévenir les secours spécialisés.

Etape 3 : veiller à ne pas aggraver l’accident, en particulier en essayant de retirer, après refroidissement, le bitume collé. Celui-ci constitue, lorsqu’il est froid, une protection stérile de la zone brûlée.
Veiller, cependant, à ce que le bitume ne forme pas un anneau circulaire autour d’un membre. En se refroidissant, le bitume peut constituer un garot.

Etape 4 : si cela est possible, faire transporter la victime à l’hôpital.

Image

La consigne d’eurobitume

L’association Eurobitume propose une consigne d’intervention en cas de brûlures provoquées par les bitumes.

Cette consigne est téléchargeable ci-dessous :